Réflexions

En mathématiques, la réflexion est une transformation du plan (du latin reflexion, action de tourner en arrière, de retourner). En informatique, la réflexion est la capacité d’un programme à s’auto-représenter. En physique, la réflexion est le brusque changement de direction d’une onde à l’interface de deux milieux (optique, acoustique).
En philosophie et en psychologie, la réflexion (du latin reflectere, réfléchir) est l’action de la pensée qui revient sur elle-même (introspection, pensée, observation).
Je suis banquière et économiste, spécialiste des questions bancaires et financières dans les pays développés et dans les pays en développement. Je développe également une activité d’expertise sur les paiements et la digitalisation de la distribution des services bancaires et financiers. avec un focus sur les modes de coopération entre les différents acteurs de l’écosystème bancaire et financier afin de trouver le bon modèle pour chacun : banques, Fintechs, Gafa, etc.
En parallèle des régions Europe et Etats-Unis qui ont constitué le cœur de mon travail au sein de la Fédération bancaire française entre 2005 et 2013, je m’intéresse également aux pays arabes et africains, et suis très attachée à la promotion des femmes dans l’économie ainsi qu’à l’éducation financière.
Vous trouverez sur ce site mes principaux écrits et interventions ainsi que les travaux que j’ai trouvés éclairants. Je serai ravie d’échanger avec vous plus avant sur ces sujets lors d’une prochaine rencontre. A bientôt!201307_photo ID
Biographie
Eléments de bibliographie

NEWS

* La tech africaine à Paris c’est Afrobytes, au Medef les 8 et 9 juin. L’ouverture de Paris vers l’Afrique anglophone : Nigeria, Ghana, Kenya, etc. Un beau programme, des échanges sans langue de bois.
* Dossier sur la microfinance pour African Banker en français, disponible ICI.
* Cartes Afrique à Marrakech fin avril, l’occasion de constater à quel point l’écosystème des paiements européen et africain sont en profonde mutation, avec un réel besoin de trouver les solutions spécifiques au besoin de chaque acteur: gouvernements, institutions financières, régulateurs, etc. De belles occasions en perspective! Si les pays les plus avancés, qui ont largement développé l’usage de la carte depuis les années 1980, mettent en place des solutions « frictionless » du point de vue du client, l’Afrique dématérialise progressivement le cash vers des solutions encore à définir pour beaucoup d’entre elles afin de satisfaire les besoins des acteurs impliqués. Cartes prépayées, wallets, solutions d’acquisition… les technologies sont disponibles, ne reste qu’à bien définir le besoin de chaque acteur et mettre en place la solution idoine. Pas nécessairement évident face à la profusion de trouver la bonne solution, mais un point de départ incontournable : définir la stratégie autour du besoin (client).
* J’ai animé le 1er avril la rencontre de l’Université populaire de l’iReMMO consacrée au Moyen-Orient et ingérences extérieures contemporaines.
– « Les diplomaties et la crise syrienne », Manon-Nour Tannous, docteure en relations internationales, ATER à la chaire d’histoire contemporaine du monde arabe au Collège de France et chercheure associée au Centre Thucydide à l’Université Panthéon-Assas Paris II. Ses publications sont listées ICI. A partir de la distinction entre implication (quand la puissance étrangère est appelée par un acteur local) et l’ingérence (quand elle intervient pour ses objectifs propres), Manon-Nour a repris la chronologie du conflit en Syrie pour montrer le changement de gouvernance dans les négociations au profit du trio Turquie-Iran-Russie et au détriment des puissances occidentales – et des opposants au régime syrien.
– « L’Irak à travers les guerres » avec Pierre-Jean Luizard, directeur de recherche CNRS au sein du Groupe Sociétés, Religions, Laïcités. Son exposé permet d’éclairer et de mieux comprendre la coexistence de trois grands acteurs (sunnites, chiites et kurdes) face au caractère non réformable des institutions et à la nécessité de repenser le Moyen-Orient avec d’autres repères que celles des institutions et organisations occidentales, à l’origine des frontières contemporaines.
Ses dernières publications sont librement accessibles sur Roma-TrE-Press, notamment « Vers un nouveau Moyen-Orient? États arabes en crise entre logiques de division et sociétés civiles » paru en juillet 2016 et « Polarisations politiques et confessionnelles » (mars 2015), co-dirigés avec Anna Bozzo.
– « La guerre civile libanaise » avec Elisabeth Picard, politologue, spécialiste du Moyen-Orient arabe et directrice de recherche émérite au CNRS.
En complément, vous trouverez ICI la vidéo de la table ronde « Aux origines du terrorisme » issue du colloque organisé par l’iReMMo « Le Terrorisme en débat » le 22 février à l’Assemblée Nationale. 
***
* Alain Mabanckou a exploré pour la Grande Librairie de France 5 la diversité dans l’ouvrage qu’il a dirigé «Penser et écrire l’Afrique aujourd’hui», fruit du colloque organisée au collège de France en mai 2016. Il alimente et promeut la réflexion sur l’Afrique d’aujourd’hui, où « penser l’Afrique c’est penser le monde ». La leçon inaugurale d’Alain Mabanckou au Collège de France, « Lettres noires », est disponible ICI.
Lisez aussi « Afrotopia » de Felwin Sarr.
***
* Une interview par Antoine Cavaille pour le magazine Afrique Invest de Medi1 Radio le 18 mars dernier dédiée au mobile money en Afrique.
***
* Le 17 mars 2017, nous avons remis le prix du meilleur business plan dans le cadre du concours organisé par African Hope, à Casablanca. Ces jeunes ont la pêche!
***
* Une interview dans le numéro de février-mars 2017 de CIO-Mag, dans le cadre du dossier spécial M-paiement et M-banking en Afrique.
***
* Je signale un très bon papier d’Ann Rutledge sur le blog de Swift « FINTECH May Indeed Change Finance, But for Better Or Worse? ».
***
* Un dossier pour African Business de début 2017 sur la production en Afrique ou  « L’Afrique innove en marques« . Progressivement, des produits Made in Africa se créent et se commercialisent, répondant aux besoins d’une classe moyenne jeune et avide de biens de consommation ou de biens durables. avec l’émergence de produits Made in Africa et L’Afrique au cœur de la mondialisation.
***
* Un dossier qui fait le point sur les enjeux en matière de Trade Finance pour le continent africain, pour African Banker. Si les banques africaines ont particulièrement pâti du de-risking, les plus actives dans le secteur innovent et mettent en oeuvre un certain nombre de solutions leur permettant de proposer à leurs clients des offres dématérialisées. Ici encore, l’intervention des agences multilatérales est importante afin de favoriser un écosystème de plus en plus ouvert à la globalisation.
***
*Parution du Livre Blanc « Banque & Fintech : enjeux d’innovation dans la banque de détail » auquel j’ai contribué (le texte est accessible ICI) pour montrer à quel point les acteurs sont complémentaires et ont intérêt à collaborer, voire coopérer. Comment la banque va-t-elle améliorer l’expérience client via la transformation digitale de ses processus internes et de ses différents métiers ? C’est à une telle question que le Livre Blanc répond à travers 24 ‘Domaines d’Innovation Prioritaires’ qu’il identifie comme autant de pistes d’action. Initié par le Pôle FINANCE INNOVATION, ce Livre Blanc a réuni plus d’une centaine d’acteurs éminents et divers de la banque. Fondateurs et représentants de fintechs, directeurs de la stratégie, des réseaux Retail, de l’innovation et des métiers ont imaginé ensemble la banque de demain en capitalisant sur les expériences en cours et en croisant leurs regards sur les nouvelles attentes et besoins des consommateurs à l’aune de la transformation digitale.
Ce Livre Blanc offre une synthèse de l’ensemble des évolutions de la banque pour les 10 années à venir et un aperçu de tous les champs des possibles qui, sous l’impact des fintech et de la R&D bancaire, peuvent rapidement devenir autant de réalités.
***
* J’ai participé au Nextgen Payments Forum 2017 les 2 et 3 février à Malte, à l’invitation de la très dynamique Morgane Stein, COO – Production Manager de QUBE Events. Ce fut l’occasion d’échanger et d’analyser les grandes tendances mondiales dans les moyens de paiement, et de mesurer l’impact des nouveaux acteurs… Deux jours riches d’échanges d’idées sur ce que pourrait être le monde des paiements de demain… un casse-tête pour les banques, mais partons d’un constat réaliste de la situation actuelle. Les nouveaux acteurs s’attaquent à un service « parce que c’est fun » tandis que les banques jusqu’à aujourd’hui le faisaient par nécessité.
Mettons un peu de freestyle dans notre pratique, et apportons de la simplicité dans cet embroglio de plus en plus complexe, là réside, entre autres, notre valeur ajoutée.
J’ai participé au panel sur les Fintechs et ai eu la lourde tâche de représenter le secteur bancaire. Encore une fois, il me semble qu’il faut prendre un peu de hauteur, comprendre d’où nous venons pour bien appréhender ce qu’il se passe aujourd’hui et y répondre avec des solutions de long terme. Résumer la situation actuelle et ses bouleversements en « éléphants versus tigres » est un peu réducteur…
J’ai également présenté dans un keynote comme l’Afrique peut nous inspirer, la présentation est disponible ici.
***
* Le classement global 2016 des 100 premières banques d’Afrique, par Neil Ford pour African Banker. Le classement des banques francophones figure dans le numéro papier.
***
* Dossier monétique et technologie pour African Banker de janvier 2017. Les nouvelles technologies viennent bousculer les métiers de la banque. À nouveaux acteurs et nouveaux services, correspondent des risques et des opportunités de développement. Qui remettent le client au centre du jeu.

Les archives sont ici.

3 réflexions sur “Réflexions

  1. Sauf erreur de ma part, vous oubliez de signaler l’article de 2009 « Subprime : rappels historiques ». Il venait en complément de votre formidable « Soupe primitive » qui, pour moi, est l’article qui fait autorité sur les origines de la crise.
    Plein d’admiration pour tout ce que vous faites.
    Bien amical souvenir.
    Henry Cheynel

    1. Merci Henry pour votre bienveillance et vos encouragements. J’ai amendé le site pour tenir compte de votre remarque.
      Prenez bien soin de vous
      Amitiés
      Estelle

  2. Bonjour Mme Brack, Je suis Mme Rhaouti, directrice sectorielle à Maroc Export.Nous co-organisons conjointement avec l’APEBI, l’association des professionnels marocains des NTIC le salon AITEX à Casablanca, 21 -24 sept 2016 .
    L’APEBI veut vous inviter à animer une conférence au programme scientifique.
    Dans l’attente de votre feed back
    Cordiales salutations

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s