Les billets de banque et le COVID-19

Image par Bruno /Germany de Pixabay

Alors que les experts rappellent que les billets de banque ne sont pas significativement responsables de la transmission de la maladie, les banques centrales à travers le monde ont mis en oeuvre un certain nombre de mesures. Pourquoi une telle attention? Parce que l’utilisation des espèces demeure importante dans la plupart des économies, et elle progresse même.

The spread is largely happening via “person-to-person contact,” not cash exchanges, said the Federal Reserve Bank of Philadelphia spokesman, Joey Lee, citing Centers for Disease Control (CDC) findings. 

L’Organisation mondiale de la Santé a démenti les rumeurs selon lesquelles les risques de contamination étaient importants si l’on touchait des billets de banque.

 « Le risque d’être infecté par le nouveau coronavirus (Covid-19) en touchant des objets, notamment des pièces de monnaie, des billets de banque ou des cartes de crédit, est très faible », précise l’OMS.

Les banques centrales ont des discours différents

La mise en quarantaine des billets et/ou le traitement des billets

La Réserve Fédérale américaine (La Fed) a mis en quarantaine les dollars rapatriés d’Asie avant le remettre en circulation selon Reuters. La Banque centrale de Chine fait de même avec les billets dans les zones les plus touchées, tandis que la Banque centrale de Corée du Sud a traité les billets pendant deux semaines avant de les remettre en circulation. Idem dans les pays suivants : Koweit, Ukraine, Arménie, Indonésie, Philippines, Vietnam, Libye, Pologne et Bahrein.

“As a precautionary measure, cash handling procedures have been modified at Reserve Banks that receive currency shipments from Asia and Europe to provide for a longer holding period of 7 to 10 days before processing these deposits,” (Joey Lee)

La Fed se dit prête en outre à alimenter le pays en billets non infectés.

Ne pas utiliser les espèces

Iran, Inde, Kenya, Portugal, Emirats, Ukraine, Malaisie, Russie, Brunei, Caraïbes, Egypte, Estonie, Belize, Libye.

Continuer à utiliser les espèces

Canada, Nouvelle Zélande, Allemagne, Luxembourg, Suède, Pologne, Pakistan, Thaïlande, Autriche, Afrique du Sud

Encourager les moyens de paiement alternatifs

Les pays mais également les instances bancaires comme l’Autorité bancaire européenne avec sa recommandation de relever le plafond du paiement sans contact à 50 euros – cherchent à promouvoir d’autres moyens de paiement. C’est le cas en particulier pour les pays suivants : Kenya, Ghana, Irlande, Pakistan, UK, Pays-Bas, Pologne, Arabie Saoudite, Turquie, Bahrein et Jamaïque.

Le cash n’est pas « sale »

Les nouveaux standards de production des billets de banque ont permis d’introduire des polymères dans leur composition, afin de leur garantir une durée de vie plus longue, mais aussi d’être plus propres.

Une note de la Fed de 2017 indique ainsi que la durée de vie des billets est passée de 22 mois en 2010 à 5,9 ans aujourd’hui.

Les espèces ne disparaissent pas

A l’heure de l’avènement indéniable de nouvelles solutions de paiement électronique sous toutes ses formes (scriptural), le volume des espèces en circulation ne se réduit pas drastiquement. Au contraire, Currency Research montre dans son rapport The Cash Industry in Transition que ce volume au augmenté dans la plupart des pays du monde entre 2006 et 2016.

Un commentaire sur “Les billets de banque et le COVID-19

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s