Sixième session de l’Africa Banking Forum les 22 et 23 mai à Abidjan

Les banques africaines sont aujourd’hui entrées clairement dans une phase de maturation de leur modèle après plusieurs décennies de bouleversements et de (re)structuration. Elles montrent leur capacité à appréhender les grands enjeux de la pérennité de leurs modèles au travers de la prise en compte des contraintes de la règlementation, des bonnes pratiques de gouvernance, et de gestion des risques, tout en développant une offre de produits et services plus qualitatifs et orientés vers une clientèle retail.

En déployant un « embedded banking model », elles élaborent et déploient des solutions définitivement adaptées aux contraintes et configurations locales. La formation et l’éducation financière émergent aujourd’hui comme des sujets d’importance aux côtés des efforts d’innovation et de rationalisation des choix technologiques. La tryptique coût/confiance/proximité constitue également un élément structurant du modèle bancaire africain, basé sur un usage extensif des NTIC (mobile banking, mobile money, agences itinérantes, monétique…) et sur des partenariats win-win entre, d’un côté, les Banques et les institutions de micro-finance et, de l’autre, entre les banques et les pouvoirs publics pour le financement des stratégies sectorielles (habitat, agriculture, infrastructure…).

Le financement de la PME/PMI, moteur de la croissance économique future en Afrique, devrait être soutenu par des réformes structurelles à mener, permettant de mieux apprécier le risque en amont, et de faciliter le recouvrement en aval (mise en place de centrales des risques, révision des pratiques cadastrales, réalisation extra-judiciaire des sûretés…). Les nouveaux métiers de l’éco-système bancaire (affacturage, leasing, capital risque…) sont également à développer pour tenir compte des besoins grandissantes des entreprises en Afrique. La réflexion autour d’un contrat-programme, véritable pacte scellant les engagements des banques à financer les besoins de l’économie africaine et les mesures incitatives à initier par les pouvoirs publics, est à approfondir.

La sixième session de l’Africa Banking Forum, et la richesse des thèmes qui y ont été abordés, reflète la maturité du secteur bancaire africain et sa montée en puissance et en qualité, présageant un riche avenir et des échanges toujours plus fructueux Sud-Sud et Sud-Nord.

Estelle Brack & Kamal Mokdad | Executive Partner, Mazars Audit et Conseil

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s